Le collège/lycée Camélia regroupe depuis plusieurs décénies des jeunes fous, malades mentaux, ou dépressifs... Survivrez-vous dans cet asile?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée à Camélia

Aller en bas 
AuteurMessage
Hayate Rei Natsume
○ Seconde ~

○ Seconde ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Age : 23
Date d'inscription : 13/12/2008

Fiche Médicale
Type de maladie: Mode Berserker à la vue du sang & Hallucinations
Relations:
Niveau: 8/10

MessageSujet: Arrivée à Camélia   Lun 15 Déc - 19:59

Cela fait déjà un long moment que je suis dans cette voiture. Enfin, je suppose, dès le dépars, on m’avait fait une piqûre qui m’a plongée dans un lourd sommeil. J’ouvre les yeux et ressent l’envie de les refermer immédiatement, pour deux choses : le contrecoup du somnifère et aussi pour la « chose » qui est sur le pare-brise. C’est une femme, apparemment, vêtue de ce qui me semble être un grand drap déchiré de toute pars. Mais dans la créature qui me regarde, le plus… Quoi ? affreux ? Bizarre ? Étrange ? bref, c’est le cou. Très long, il ressemble au corps d’un serpent. Je me détourne de cette créature qui me donne la nausée. Et observe l’habitacle de la voiture. Trois hommes en uniforme bleu me « tiennent compagnie », celui qui est à côté de moi à l’air de se tasser contre la portière, comme s’il avait peur de moi. Pour vérifier ça, je lui lance un regard peu sympathique. Bingo, il détourne les yeux et rapproche sa main de son arme de service, accrochée à sa ceinture. De toute façon, je ne vois pas vraiment ce que j’aurais pu lui faire, mes mains étant prisonnières d’une paire de menottes. Je bouge les doigts de la main droite en souriant, je ne me souvenais plus de la sensation d’avoir encore des membres.
Fatiguée, je regarde par la fenêtre et observe le paysage. Les alentours sont blancs de neige, comme si un paquet de farine avais déversé son contenus sur la région. Belle vision, mais ça deviens tout de suite moins charmant quand on regarde sur le bord de la route la neige repoussée par les chasse neige et noircis par les gaz d’échappement des voitures. Je continue d’observer les alentours, quand on bifurque sur une petite route. Environs un quart d’heure et quelques dizaines de glissades sur le verglas plus tard, la voiture bleue s’arrêtait devant un grand portail blanc. Les policiers se pressent de me tendre un manteau noir et de libérer mes mains de leur prison puis ils repartaient, m’abandonnant dans la neige avec une vielle valise pour seul bagage.


« -Hé ! »

Je n’ai pas le temps de protester que les couards démarrent, me laissant aux mains du destin. De colère, je donne un coup dans le mur encerclant le collège lycée Camélia puis vais m’asseoir devant la grille. Il doit y avoir un endroit où sonner, mais je n’ai aucune envie de le chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madiel Doe
# Première ~

# Première ~
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/11/2008

Fiche Médicale
Type de maladie:
Relations:
Niveau: 0/10

MessageSujet: Re: Arrivée à Camélia   Lun 15 Déc - 23:37

"Parce que tu traîneras toujours sur ta conscience tous les meurtres que tu as commis."


Sa conscience peu à peu s'engouffrait dans un demi-sommeil profond. Seul de très léger sons de l'extérieur l'atteignait, elle qui, la tête posée sur la vitre, observait continuellement l'avant de la voiture sans cligner des yeux durant plusieurs longues, très longues minutes. Elle avait froid à la tête, sur le côté qui était en contact avec la vitre. Elle observait maintenant ses doigts. Ils bougeaient, restaient immobiles, puis bougeaient à nouveau, et ainsi de suite. Elle "s'occupait" comme elle pouvait, coincée entre quatre portières et un homme à l'apparence inquiétante mais qui transpirait à grosses gouttes quand il savait ce qu'il transportait à l'arrière de sa voiture. Autrement dit, Madiel. Cette dernière soupirait, le voyage était ennuyeux, et elle ne savait que faire. Elle avait l'impression de parcourir la France entière, de long en large et en travers. Elle n'était jamais aussi loin, quoi que durant ses très nombreuses escapades, elle n'avait jamais fait attention au paysage, et aux grands nombre de kilomètres qu'elle avait parcouru à chaque fois. Elle ne pensait qu'à ces gens qu'elle tuait, massacrait, et dévorait...

Elle se redressa brusquement. Non, il ne fallait pas qu'elle fasse une crise, juste ici. Si ça arrivait...La vie du conducteur ne vaudrait plus rien.
Elle souffla fort, très fort, comme pour se retenir de vomir. D'abord la nausée, puis ensuite lentement, elle tourne de l'œil. Si elle arrivait à s'arrêter avant cette étape, elle pouvait encore se maîtriser. Mais elle sentait déjà sa vue se brouiller, encore et encore, pour ne plus voir qu'un espèce de voile noir semi-opaque à la place du paysage. Elle murmurait des "Non, pas ici, pas maintenant" qui inquiétaient fortement le conducteur et qui roulait si vite que le paysage se brouillait de lui même à cause de la vitesse. Elle agrippa un bout de banquette, qui resta entre ses doigts, et le voile commença à disparaître peu à peu. Elle reprit ses esprits, et elle s'affala en soufflant si fort que le conducteur lui lança un petit regard intrigué dans le rétroviseur. Elle ne le lui rendit pas. Elle regarda à nouveau dehors, par la vitre, et le plafond. Finalement, étant la seule passagère arrière, elle s'allongea de tout son long, pour entamer une sieste, ou plutôt, un demi-sommeil continuellement dérangé par des cauchemars, des visions et des voix angoissantes.


* "Et tu resteras prisonnière de tes souvenirs." *

"Mademoiselle, nous sommes arrivés."

Une légère secousse accompagna ces quelques mots qui sortit Madiel de son sommeil. Elle se frotta les yeux, et elle vit que la voiture s'était arrêtée. Elle bâilla, et se redressa lentement, avec les yeux brillants. Qui aurait pus croire à cet instant que cette jeune fille, a l'air si innocente et fragile, peut être une fille aussi violente et sadique? Elle se frotta les yeux, puis elle sortit très lentement de la voiture, comme si chaque gestes, même le plus petit, lui coûtait énormément. Elle s'étira, puis elle regarda ses valises posées contre la route gauche arrière de la voiture. Elle en prit une dans chaque main, puis elle regarda le chauffeur, qui n'osait soutenir son regard ou même la regarder. Elle inclina très légèrement la tête, puis passa à côté de lui sans dire un mot, en se dirigeant vers les grilles. Elle fut d'abord étonnée de voir à qu'elle vitesse le chauffeur était remonté puis était repartit. Elle ne dit rien, que dire, c'était des monstres après tout. Elle toucha, du bout des doigts, la grille froide qui lui faisait face. La neige tombait depuis peu, pourtant, Madiel portait un débardeur blanc, avec une chemise ouverte par-dessus, et un jean foncé. Elle se baissa, enleva ses chaussures, et les rangea dans une de ses valises. Elle se retrouvait pieds nus. Le contact froid de la neige ne la fit pas frissonner, elle ne tremblait pas sous ce déluge blanc. Elle poussa les grilles de l'épaule droite, après avoir appuyée sur l'interphone, et parcouru les quelques mètres jusqu'à l'entrée du bâtiment.

Arrivée devant le bâtiment, elle resta face à une grande porte, qui se dressait à nouveau face à elle. Elle posa ses valises, puis, elle s'allongea entres elles, dans la neige, les mains sur sa poitrine. Elle était venue jusqu'ici, elle était seule, ne connaissait personne, et elle ne savait où aller ou que faire. Elle souffla dans les airs, en chantonnant un air. Un air doux, calme, qui allait si bien avec le paysage. Elle ferma les yeux, et elle entendit une voix dans son esprit


* "N'oublie pas, je suis là." *

Pourtant, pourtant, une présence. Elle tourna la tête, et ses yeux fixait une jeune fille, assise dans la neige. Sans un bruit, Madiel la fixait.
Que faisait-elle ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayate Rei Natsume
○ Seconde ~

○ Seconde ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Age : 23
Date d'inscription : 13/12/2008

Fiche Médicale
Type de maladie: Mode Berserker à la vue du sang & Hallucinations
Relations:
Niveau: 8/10

MessageSujet: Re: Arrivée à Camélia   Mer 17 Déc - 19:43

Après m’être assise, je regardais la neige tomber, pensant à comment j’étais arrivée ici. On m’avais très vaguement dit que j’avais attrapé un virus dangereux Nommé le virus Camélia… ça ne m’avançais pas plus que ça, n’ayant jamais parlé de mes visions, je doutais fort que ce soit à cause des bestioles que je devais me coltiner… Restais l’incident dans le métro. Mais, ces minutes semblaient manquer au puzzle de ma mémoire, même en me forçant, je n’arrivais pas à me souvenir d’autre chose que d’un rouge écarlate.
Je secouais la tête pour me faire changer de sujet de pensées. C’est à ce moment que j’entendis une petite chansonnette, douce et pure, fredonnée par une voie claire. J’entendis la chanson avant de voir sa chanteuse, une fille plutôt grande, qui semblait un peu plus âgée que moi. Méfiante, je ne sortais par tout de suite de mon coin d’ombre, préférant observer la nouvelle inconnue avant de l’aborder. L’inconnue se coucha dans la neige, comportement peut-être bizarre, mais tout ceux qui sont ici ne sont ils pas sensés l’être ? Je fus distraite par un de mes chimères. Un oiseau de la taille d’un corbeau, possédant trois paires d’ailes et trois têtes, tel un cerbère volant traversa mon champ de vision et partis se poser non loin. Je reportais mon attention vers la jeune fille, et croisais son regard. J’étais repérée, mais je ne détournais pas les yeux avant un moment, cherchant à voir comment pouvais être cette fille. Quelques temps après, je me levais, enlevais la neige qui s’était collée à mon pantalon puis me dirigeais vers l’inconnue. Je la jaugeais encore quelques instants puis lui tendit la main en me forçant à sourire.


« -Bonjour. Je suis Hayate Rei Natsume. Enchantée. »

Je n’avais pas laissé transparaître d’émotion particulière, ne sachant pas encore quelle pourrais être son attitude envers les autres. Depuis toutes ces années, je me méfiais des humains fussent ils étiquetés avec le même étiquette que moi. « Fou Dangereux » pouvais on lire sur ces étiquettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madiel Doe
# Première ~

# Première ~
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/11/2008

Fiche Médicale
Type de maladie:
Relations:
Niveau: 0/10

MessageSujet: Re: Arrivée à Camélia   Jeu 18 Déc - 23:02

"Undead, undead, undead"

Madiel observait toujours cette jeune fille. Elles se croisaient du regard, mais ni elle ni cette jeune fille ne disait mot, seules les quelques notes fredonnées par Madiel rompait le silence de mort. Elle n'avait pas froid, la neige à son contact ne la faisait pas plus frissonner que tout à l'heure. Elle était droite, les mains sur son ventre, comme si elle le protégeait, et ses yeux, grands ouverts, ne cillait même pas.

[En court d'écrit pas trop le temps -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée à Camélia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée à Camélia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Ssélisse, née d'un camélia sanglant
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Depressive Walk :: Internat Camélia ~ :: Les grilles ~-
Sauter vers: