Le collège/lycée Camélia regroupe depuis plusieurs décénies des jeunes fous, malades mentaux, ou dépressifs... Survivrez-vous dans cet asile?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.

Aller en bas 
AuteurMessage
Lynn Tezuka
• Fantôme #[Fondatrice]
• Fantôme #[Fondatrice]
avatar

Féminin
Nombre de messages : 82
Age : 23
Localisation : Et ta soeur ? =O
Humeur : Sadique ? Oô
Date d'inscription : 13/11/2008

Fiche Médicale
Type de maladie: Mon envie de te tuer. ♥
Relations:
Niveau: 10/10

MessageSujet: Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.   Dim 16 Nov - 20:32

Nom: Tezuka.
Prénom/Surnom: Lynn.
Age: 14 ans, malgré qu'elle soit beaucoup plus âgée si elle était encore en vie. U__U
Sexe: Féminin. Way, j'suis morte et alors ? è__é'

Caractère:
Lynn, elle pense comment ?

Je ne suis pas folle. Voilà la première phrase qu'elle vous dira même si votre phrase d'abord n'était pas un simple : t'es folle ou quoi ? Cette jeune fille est tout simplement insupportable et mériterait bien une correction. Ah, si seulement elle était encore vivante. Passons. Ce fantôme est très égoïste et ne pense qu'à sa petite personne. Ah non, je mens. Elle pense aussi beaucoup à sa sœur qui est un peu sa maman car elle n'hésite pas à lui flanquer une bonne racler pour lui faire comprendre les choses. En fait, Lynn est aussi une de ces personnes que l'on appelle manipulatrices, provocatrices et fourbes. Choses dégoutantes à première vue mais que serait le monde sans eux ? Elle n'aime pas la perfection et fait tout pour rendre la scène sans dessus-dessous. En général, il faut bien le dire, elle contrôle très bien la situation, vu qu'elle peut imaginer tout ce qu'elle veut sans tuer réellement. Ce que peu de personnes savent, c'est que Lynn a une grande imagination et croit faire le bien. Bonne blague me diriez-vous, hein. Sauf que c'est bel et bien la vérité. Si elle aime tant tuer, c'est pourquoi à ton avis ? Une passion ? Ouais, ça y joue quelque chose aussi mais cette passion est née d'un ennui profond. Vivre entre la Vie et la Mort n'est pas tous les jours facile... Bref. Lynn est aussi une personne qui n'hésite pas à dire les quatre vérités sur la personne en face d'elle et, de toute façon, pourquoi se priver, elle n'est plus matérielle ? Voir souffrir et agoniser ses victimes ne peut que lui faire plaisir. Hanter tes nuits, surtout tes rêves, ne sont qu'un passe-temps qui la lassent très rapidement. Jamais satisfaite ? C'est le mot ! Franchement, plus exigeante qu'elle, tu crèves. Se prenant pour la reine de ces lieux, on se demande pourquoi elle se considère ainsi. Moi-même je ne connais pas la réponse. Pour faciliter la description du caractère de Lynn, nous pouvons en ces deux banals mots tout ce qu'elle est : une gamine. Oui, il vous faut savoir ce qu'elle est précisément pour ne pas vous faire avoir. Je vous le dis et le redirais : soyez prudents !

La Lynn que je suis est toute autre que celle décrite plus haut. Je suis calme et réfléchie. Je suis simplement une fille qui ne fonce pas tête baissée dans la gueule du loup. Je suis minime en force mentale comparée à notre délinquante d'en haut. Ma vision des choses est beaucoup plus poétique et cernée que celle de Lynn-Fantôme. Ça peut paraître étrange de voir que deux âmes si différentes cohabitent ensembles mais c'est ainsi. Qui est née la première ? Elle. Moi, je ne suis que le fruit d'une autre mentalité. Recueillie à la volée, tandis qu'elle faisait une balade dans sa demeure. Esprit égaré que je fus, me voilà coincée dans le corps d'une pure sadique au caractère aussi têtue qu'une mule. La supportée peut vous paraître éreintant et je te le confirme. Comment cela se fait-t-il que je ne sois pas morte depuis le temps. En quelques mots, tels que ceux dit un peu après, je me résume : Je suis le contraire en tout point de Lynn-Fantôme. Ne me regardez pas comme ça, c'est strictement la vérité. Pour mon et votre plus grand malheur...

Description physique:
Lynn, c'est quoi ?

Une adolescente parmi tant d'autres. Non, je mens. En fait, elle n'a rien de normal par rapport aux autres. Elle a une longue chevelure noire qui, quand ils ne sont pas attachés, lui arrivent jusqu’au bas des jambes, voir plus. Les couper ? Tu rêves là. Ses cheveux sont la preuve de son existence. Naturellement, maintenant qu’elle est morte, ses cheveux ne poussent plus. Sinon, elle possède un teint de peau blême. Tel celui d’un mort. Évidemment que je fais cette comparaison parce qu’elle est morte, quelle bonne blague sinon. Ce teint de peau fait peur à voir mais lui va à merveille. Pour son joli minois encadré de sa chevelure d’ébène, il est parsemé de petites cicatrices dû à son combat le jour de sa mort. Son nez part légèrement en trompette sans pour autant être choquant. Ses lèvres sont fines et ont une teinte un peu bleue voir violette, comme si elle était froide. Ce qui est le cas. Elles ne sont pratiquement jamais étiré en sourire. Non, je mens une nouvelle fois. Si vous avez la chance de la rencontrer, vous pourrez entendre son rire sadique et taré. Par la même occasion, on peut voir que ses dents sont blanches, droites mais que sa mâchoire reste tout de même petite. Pour ses yeux… Ah, nous en venons à la partie la plus spectaculaire du corps de Lynn. Oui, ses yeux sont d’un bleu profond mais glaçant à la fois. Ce qui peut paraître surnaturel chez elle, c’est que son œil droit se voit entouré d’une flamme bleue, montrant bien que cette jeune fille est bel et bien une personne défunte. Cette petite particularité fait que les gens se voient plus envoûtés qu’apeurés. Ils vous fixent. Ils vous traquent. Ils ne vous lâchent pas. Ses cils noirs sont longs mais ne se remarquent que de profil. Descendons un peu plus pour en arriver au buste de l’adolescente, juste en dessous de ses épaules carrées, les bras toujours le long de son corps fins, aux gestes secs, parfois gracieux. Tout comme les humains, elle possède des mains. Celles-ci sont maigres, dont les doigts sont étrangement longs. Au bout de ses derniers, tu n’y trouveras pas d’ongles. Dans sa vie, elle les rongeait continuellement. Sa poitrine n’est pas très importante et elle ne s’en ait jamais plainte. Cette fille peut vous paraître légèrement squelettique mais ce n’est pas le cas. Vers les hanches, tu pourras sûrement voir des cicatrices. Certes pas très belles, je te l’accorde mais cela ne reflètent-ils pas sa personnalité ? Pour ce qui est de son poids, je vais te le dire à la date de sa mort : quarante-huit kilos qui se remarquaient à peine. Continuons. Ses jambes sont longues, légèrement musclés et fines. Elle a une démarche très particulière, cette fille. Ouais, elle marche en sautillant légèrement. Étrange dis-tu ? Alors tu n’as rien vu. Si tu descends plus bas, tu verras que ses mollets sont bien musclés mais qu’ils restent quand même fins. Finalement, avec tous ses membres longs et fins, quelle taille mesure-t-elle ? Je ne vais pas te mentir, elle mesure environ un mètre soixante neuf.

Si tu le veux bien, nous allons passer à sa tenue vestimentaire.
Elle n’a que pour haut une sorte de maillot de bain noire qui le va très bien, laissant très bien voir toutes les cicatrices de son corps de morte. Pour bas, elle ne porte qu’un mini short noir, avec une petite ceinture. Pour couronner le tout, sa veste est une longue veste à capuche. Elle ne glisse jamais ses bras dedans et se contente seulement de la faire tenir autour de son cou en faisant de l’ombre à son visage grâce à la capuche. Cette veste est noire. Pas étonnant venant de sa part. Ses chaussures sont de longues bottes lui montant jusqu’au dessous des genoux. Toujours accompagné d’une arme pour faire peur aux internes de Camélia. Des fois, elle s’accompagne d’une guitare électrique pour passer le temps.

Histoire: (comment votre personnage s'est fait infecter et est arrivé a Camélia (pareil, sauf membres du personnel x3)
Pathologie (sauf personnel): (la particularité de la folie de votre personnage, comment se caractérise t-elle...)
Autre?
------------------------------------------
Comment avez vous connu le forum?
Aimez vous le RPG?
Comptez-vous y rester?


Dernière édition par Lynn Tezuka le Dim 30 Nov - 0:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bozuko-kataki.forumsactifs.com/forum.htm
Lynn Tezuka
• Fantôme #[Fondatrice]
• Fantôme #[Fondatrice]
avatar

Féminin
Nombre de messages : 82
Age : 23
Localisation : Et ta soeur ? =O
Humeur : Sadique ? Oô
Date d'inscription : 13/11/2008

Fiche Médicale
Type de maladie: Mon envie de te tuer. ♥
Relations:
Niveau: 10/10

MessageSujet: Re: Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.   Mar 18 Nov - 19:14

Si tu veux tout savoir sur moi, il faut remonter dans le temps. C’est pas logique ? Débile, idiot, écoutes, ça commence.

Comme beaucoup d’enfants, d’adultes et de seniors, deux enfants de sexe féminin naquirent à Okidawa, au Japon. Naturellement, elles sont nées dans un hôpital. Ce dernier était tout ce qu’il y a de plus banal. Bâtiments blancs, chambres blanches, draps blanc… Bref. Ces deux filles ont eu pour prénom Lynn et Nyle. Se ressemblant comme deux gouttes d’eau, il était vraiment difficile de les distinguer. Les deux jeunes parents aussi avaient un peu de mal. La famille Tezuka avait attendu cette naissance depuis longtemps. Le bon Dieu voulut que ce soit deux filles aux cheveux ébènes et aux reflets noirs, munis de rubis turquoise pour yeux. Si tu es observateur et que tu as des yeux de lynx, tu verras que Nyle a une teinte de gris dans ses yeux mais qui ne se voit pas beaucoup. Elles sont nées toutes les deux un 19 Juin 1975. Sous un jour comme tant d’autre. Je veux dire par là que c’était un ciel bleu azur, illuminé par un beau soleil de printemps, parsemé de petites boules de cotons et accompagné d’une brise légère, douce et fraîche. Que rêver de mieux ? Le corps de ces deux bébés étaient légèrement boudinés, pour faire en sorte qu’elles soient mignonnes. Ce qui était le cas, je ne le nie pas. Toi non plus ? Serais-tu déjà amoureuse de ces deux petites filles ?

Le lendemain de cette naissance comme les autres, la famille Tezuka organisa une fête. Dans la grande maison familiale, il y avait tout le monde. Cousins, cousines, tantes, oncles, marraines et parrains, etc… Cette famille était riche, connue. Comment te dire… Bah, ne tournons pas autour du pot. Lynn et Nyle ne manquaient de rien. Au moindre caprice, leurs parents cédaient. Manipulatrices, elles ? Carrément. Elles étaient intelligentes, ces petites. Elles avaient bien vite compris que leurs parents ne voulaient que leur bonheur et qu’ils feraient tout ce qu’elles voudraient. Lynn était intelligente et ne se privait pas d’utiliser sa ruse et sa malice pour arriver à ses fins. Quoi qu’elle ne se plaignait pas de sa vie, même si sa sœur et elle-même avait quelques secrets. Lesquels ? Oh, je vais te le dire tout de suite.

C’était le soir de Noël. Jour que les deux petites jumelles adoraient. Elles avaient cinq années et s’abandonnaient à leurs rêveries. Elles avaient tout mais pas le monde qu’elles voulaient elles. Ce soir de Noël, Nyle eut comme un déclic. Sa sœur la prenait pour folle et elle n’avait pas tort, dans un sens. Sa moitié disait entendre des gens lui parler la nuit. Elle en parlait sans retenue à sa jumelle qui l’écoutait sans rigoler comme tant d’autres personnes l’avaient fait. Ses parents, persuadés que c’était une plaisanterie de sa part et que Lynn en était la conceptrice, se virent devenir inquiets. Ils commençaient à paniquer et à se demander si elle ne devenait pas schizophrène. Lynn le savait, elle, que sa sœur était schizophrène mais n’avait rien dit, voulant conserver un secret. Mais il ne fut pas rester cacher bien longtemps. C’est un jour du mois de Mars que la petite famille eut rendez-vous chez le médecin pour une visite annuelle complète. Il s’avéra que le docteur voulut parer seul à seul avec les deux petites filles et que celles-ci avaient beaucoup à dire au médecin, prénommé M. Segawa.

« On peut vous dire un secret ? » demanda innocemment Nyle au médecin de sa voix enfantine.

« Mais bien sûr. » répondit le médecin en la regardant avec étonnement.

« J’entends une voix, qui me parle toutes les nuits. » lui dit-elle simplement avant de continuer. « Je ne sais pas pourquoi elle est là et je veux savoir. Tout, dans les moindres détails. »

M. Segawa la regarda droit dans les yeux. Il lui demanda alors de s’allonger sur le lit d’auscultation pour lui faire une prise de sang. Nyle s’exécuta sous l’œil protecteur de sa jumelle. Le sang de Lynn commençait à bouillir dans ses veines. Elle avait soudainement mal à la tête et ses membres tremblaient. Non pas de peur mais d’excitation. Des couteaux de chasse se trouvaient non loin de sa portée et elle voulait se jeter dessus pour faire Dieu sait quoi. Le sang se faisait aspirer dans la petite seringue. Les yeux de la petite fille tremblante commençait à devenir d’un bleu glaçant. Elle avait baissé la tête et sa frange lui donnait un air de démon. Elle esquissa un petit rire. Puis ce petit rire se transforma en un rire carrément sadique. Le médecin de famille, ayant finit de mettre le sang de Nyle dans un tube à essai, fut surpris. Il eut juste le temps de la voir s’emparer d’un de ses couteaux de chasse et de se ruer sur lui. Il ne put que lâcher un cri car la petite fille planta le couteau droit dans le cœur, exactement au bon endroit. Sa main et ses habits étaient maculés de sang et elle riait toujours avec cet air sadique. Elle lécha le bout de ses doigts et ferma les yeux. Elle aimait cette texture fraîche et cette couleur glauque. Elle aimait tuer. Sa folie avait pris de l’ampleur. Alertés par le cri du docteur, des assistants et leurs parents arrivèrent avec fracas dans la pièce. Horrifiée, la mère tomba dans les pommes et son mari ne put qu’essayer de la ranimer en lui murmurant des mots doux et en la câlinant. Les assistants ont tenté de maîtriser la délinquante tueuse mais ne firent qu’empirer les choses. Lynn passa ses bras autour de la taille de sa sœur pour la protéger et avait un couteau en main, ce même couteau qui avait tué M. Segawa et qui dégoulinait donc de sang frais. Les assistants étaient tout simplement dégoûtés et avaient la nausée rien qu’en voyant cette scène. L’un a téléphoné à un hôpital psychiatrique, l’autre au SAMU, encore qui appela la police et un dernier qui gardait un œil sur la petite fille encore en train de rigoler aussi sadiquement.

Le soir même de cet après-midi, les deux filles furent transportées à un hôpital psychiatrique. L’une était schizophrène, l’autre était tout simplement une tueuse psychopathe. A la vue du sang ou si elle pensait à des choses glauques et sadiques, son envie de tuer prenait le dessus et il ne valait mieux pas être dans sa ligne de tire. Lynn et Nyle furent toutes deux enfermées dans une cellule à part. Les scientifiques avaient découvert qu’elles avaient un virus encore inconnu. Finalement elles vécurent jusqu’à leur dix ans dans cet hôpital.

Cinq années qui parurent courtes et longues à la fois. Lynn tua deux de ses camarades. Nyle était toujours autant schizophrène et entendait toujours cette voix. Mais que faire ? Elles étaient atteintes du virus Camélia et il était déjà trop tard pour les vacciner et les sauver d’une folie certaine. Comment cela se faisait-il que deux petites filles aussi jeunes se soient faites contaminer par la maladie, alors que leurs parents n’en avait aucunes traces ? Personne ne le savait. Oh si, peut-être pas l’air ambiant. Oui, ce virus se transmet par l’air que nous respirons. Mais comment était-il apparut ? Ici, au Japon, tout de même ?! Et bien c’était tout simplement un Français de la ville de Bordeaux qui fut transféré dans un des hôpital psychiatrique d’Okidawa. Les Japonais, ignorant encore l’existence de la maladie, eurent de grandes pertes dans les villes mais eurent à temps le vaccin. Pour éviter toute nouvelle épidémie, les deux petites filles furent transférées dans l’hôpital/école de Camélia, regroupant tous les atteints du virus portant le même nom. Tout le monde avait peur de cette maladie, connaissant les effets par le témoignage de plusieurs parents.

Quand elles arrivèrent à l’hôpital, elles étaient les plus petites. Tous les autres étaient des adolescents âgés de deux ou trois de plus qu’elles. Ce bâtiment éloigné de tout, et surtout de la ville, avait pour fonction d’être un hôpital général et psychiatrique mais ayant aussi la fonction d’établissement scolaire. Il ne fallait pas qu’ils soient analphabètes, non plus, il ne manquerait plus que ça. Le plus étrange, c’est que les internes déjà présents dans l’internat voyaient les deux jumelles Tezuka comme des petites princesses. Ils faisaient tout ce qu’elles demandaient et ne cherchaient pas à comprendre pourquoi elles voulaient ça et pas ça, ni pourquoi c’était à eux de le faire. Médecins spécialisés et scientifiques ne comprenaient pas le comportement des autres vis-à-vis d’elles. Ils étaient en tout sept résidants, en comptant les jumelles.

Un an plus tard, d’autres personnes arrivèrent, toutes plus folles les unes que les autres. Ils venaient de différentes villes françaises ou étrangères. Cela ne voulait dire qu’une chose : le virus c’était propagé bien trop loin. Les pays avoisinant la France commencèrent à paniquer et à fermer leurs frontières. Seulement, ils oubliaient que le virus s’attrapait par l’air ambiant et que restreindre les relations avec la France ne faisaient rien.

On observa plus particulièrement Lynn et Nyle car elles avaient comme une sorte d’aura faisant en sorte que tout le monde les craignait et les respectait. Bien sûr, ces dernières ne s’en plaignaient pas et en profitaient grandement pendant qu’il en était encore temps. Il commença aussi à y avoir plusieurs sortes de maladies mentales inconnues et qui alimentaient la curiosité des scientifiques, se chamaillant au sujet d’hypothèses et de noms de maladies.

Années 1989, soir du 12 mars à exactement vingt-trois heures quarante huit minutes et trente-deux secondes. Lynn et Nyle, complètement agitées, envoient un message à leurs premières rencontres, les cinq premiers pensionnaires de Camélia. Damne, que racontait donc cette lettre ? Je vais te le dire, mon grand :

Salut,

Toi que nous avons rencontré en premier. Toi qui nous es si fidèle. Rejoins-nous au salon dans dix minutes, avec une arme blanche. Nous serons tous réunis pour cette fin merveilleuse.

Lynn & Nyle.


Cette lettre avait été rédigée par Lynn. Son écriture était belle et bien descriptible. Elle n’avait que rarement écrit et préférait dire les choses en face. Mais là, compte tenu du fait qu’elle devait le dire à plusieurs personnes en même temps, elle se força à écrire. Sa sœur ne fut même pas fichue de la rédiger, disant qu’elle n’était pas en posture de le faire. Elles s’étaient disputées, comme à leur habitude mais ceci que très brièvement. Les jumelles avaient prévu quelque chose. Ce quelque chose allait mettre un point à une autre chose, sans retourner à la ligne. Quoique pour elle, la suite allait être transparente et mystérieuse.

Comme prévu, dix minutes plus tard, les cinq pensionnaires convoqués dans le salon vinrent au rendez-vous. Lynn et Nyle arboraient un sourire radieux. Ils tenaient tous dans leurs mains une arme blanche à tranchant aiguisé, sûrement volé dans les cuisines. Elles s’avancèrent vers le centre. Lynn demanda à l’un de s’approcher et elle lui coupa d’un geste la veine du poignet droit. A cette vue du sang, elle commença légèrement à trembler. Elle avait baissé la tête et commença à ricaner sadiquement. Puis ce ricanement devint un rire sonore. Elle devenait la Lynn qui avait tué le docteur Segawa, neuf ans plus tôt, ainsi que nombreux de ses camarades ayant refusé de faire ce qu’elle voulait, quelques années plutôt. Là, ce fut un véritable massacre qui eût lieu. Les autres ramenèrent leur folie à l’action et se jetèrent les uns sur les autres. A la fin, il ne resta plus que les deux jumelles. Elles étaient maculées de sang encore tout frais et se regardait droit dans les yeux, une lueur de sadisme. Elles levèrent leurs armes et contemplèrent les autres gisant au sol. Lynn, pressée d’en finir, se jeta sur sa sœur et planta son couteau dans le cœur de sa moitié, souriante.

« A bientôt. » murmura-t-elle.

Les deux adolescentes tombèrent au sol et elles sombrèrent dans un sommeil sans fin. Nyle avait réussi à lui porter son coup final aussi. Planter son arme blanche dans le cœur de sa sœur aussi. Leur corps était inerte mais elles affichaient tout de même un grand sourire. On remarqua que le lendemain, grâce au gardien. Personne n’en sût jamais rien. On dit que leur âme hante l’établissement. Comme c’était relaté par les pensionnaires, tout le monde croyait que c’était du bluff, vu qu’ils étaient atteints du cerveau. Mais finalement, n’ont-ils point raison ? L’esprit des jumelles Tezuka sont belles et biens dans l’établissement et hantent ces lieux pour toujours. Les verras-tu ? C’est bien probable puisqu’elle sont partout et nulle part en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bozuko-kataki.forumsactifs.com/forum.htm
Nyle Tezuka
• Fantôme #
• Fantôme #
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 22
Localisation : Hum, dans la loge du chanteur de Coldplay, j' vais lui voler sa veste
Humeur : Maussade ~
Date d'inscription : 16/11/2008

Fiche Médicale
Type de maladie: Ch' uis un fantôme pov' con j' ai plus d' maladie d' puis mille ans
Relations:
Niveau: 9/10

MessageSujet: Re: Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.   Mar 18 Nov - 19:41

  • . Informations générales


    Nom: Tezuka

    Prénom/Surnom: Nyle, elle aime pas les surnoms c' est moche, ça pue

    Age: Quatorze quand elle est morte

    Sexe: Féminin, comment ça c' est un fantôme et alors? è_é Ton papy était bien sexe masculin

    . Informations secondaires


    Caractère:

    « Je ne suis pas folle, je reste pour ma soeur. Je ne suis pas égoïste, ma soeur est égal moi.
    - Tais- toi! Si tu es ici ça veut dire que tu es folle!
    Je ne suis pas folle, je reste pour ma soeur… »

    Nyle était comme cela c' était une vérité à double tranchant, pour la petite fille. Elle n' était pas folle, ni égoïste, en fait elle était " normale " . On s' en rendit compte quand elle commença à parler calmement avec la directrice. Tezuka était tyrannique par moment, méchante et complotait des plans débiles mais restait " intruse ". Quand elle se croyait au bord du gouffre, elle les regardait eux. Eux, qui n' ont pas échappés à cela, chanceuse disait- on pour la fillette calme et dénuée d' un sens. Egoïste, si égoïste à tel point d' aimer les voir sombrer dans la folie et être stupide au point de les descendre encore plus bas pour leur mort… Evidemment elle grandit et comprit ses " erreurs ". Si le vent de mélancolie s' abatait sur son visage on découvrait une chambre normale, pour une fille normale. Pourtant un petit passage conduisait à une pièce sombre ou il y avait du sang, de l' eau partout et surtout des chaînes. Paradoxalement Nyle était calme donc pas infectée par le virus mais au fond il y avait une particule de la Camélia, même pas un centième, mais elle servait à manipuler Nyle.

    Désormais, elle est blageuse et viens faire peur aux ineternés dans leur sommeil en fesant " Bouh " . Ce qui était assez suffisant pour les rendre aussi dingue que possible. D' une humeur jovyale elle arrive toujours à parler avec la directrice puisque celle- ci est un procceseur intel comme elle aime le dire si gentiment. Elle cours dans les couloirs comme une folle une chose qui a pas changé c' est qu' elle regarde toujours Hex, la malédiction car elle a beaucoup de compassion pour Telma puisqu' elle subit le même calvert. Elle embête toujours sa soeur en venant lui faire un " L… Ly… Lyhihihihinn tu viens jouer avec moi, aux couteaux et à la fourchette. Lyhihihihihihinn s' il te plaît! » ce qui était ce qu' elle disait dans sa folie quand Lynn ce trouvait en face d' elle. Nyle mange, mange, mange et… mange comme dit- on après tout! C' est pour ça qu' on entement des grignotement en fait c' est juste elle qui mange bah tiens!

    Nyle aimais et aime ces longues journées de froid couchée dans à neige
    à regarder le ciel glacé s' étendre sur d' autres horizons. Ses longs moments devant la console comme bien ces disscusions avec des personnes avec un sens. Son sourire sadique et maquiavelique. L' hiver et sa mélancolie pure et solitaire. Sa soeur tient même si elle l' a trouve un peu stupide sur les bords des fois et bizarre. Lire et écrire ses mémoires qu' elle jette à la tête d' un pensionnaires chaque nuit.

    Nyle aimais et aime pas ces séries stupides à la télé' même si elle regarde encore pokémon, Mickey club house et Bob l' éponge le reste c' est naze et ça pue. En fait tout ce qu' elle aime pas c' est naze et ça pue. Facile non? Pour elle ses parents sont nazes ils puent car elle était pas si folle est y a d' autre Schizophrène dans ce monde.

    Bref j' en ai marre j' arrête c' est naze, ça pue.


    Description physique: (Pareil, 5 lignes)

    Histoire:

    « Haaaaaaaa! Mais laissez moi en paix! »

    C' était elle, c' était cette jeune fille enchaînez aux murs ou elle voyait du sang, trop de sang folie tueuse, folie vertigineuse, et folie de trop. Crachons nos leurs et enlevons cette couche trop sale pour notre corps d' écouter de nos fait et geste. Elle était comme ça, comme ça, comme ça plantée autre part, en orbite, autour de pluton. Sauvetage spéciale dans ce monde noir comme un corbeau déplumé… Nyle, elle, voulait mourir dans cette putridité. Dans ce monde trop stupide pour comprendre les erreurs. Nous sommes en 1989, que vous évoque cette époque? Pour vous c' était il y a longtemps… tellement longtemps. Jour de liberté, jour ou le vent se lève passionement. Puis leur sourire c' est effacé dans ses flaques de sang! Regrettons nous cela? Cette larme qu' elle avait versé d' une seul oeil dehors dans le froid quand elle s' était échappée pour le retourner au Japon. Promesse non tenue… Promesse délivrée à elle- même. Ce son s' échappe autre part puis le vent souffle.
    Qui était- elle? Pour oser par face à sa soeur que pourtant qu' elle projettait par- terre à chaque fois qu' elle délirait.
    « We' re terrible, we' re wonderful… »

    Soufflait – elle la nuit dans ce froid qu' elle aimait. On a beau chercher on n' a jamais trouvé, on pense qu' on est jeunes et rien ne nous arrête. C' est terrible qu' auriez vous dit? On se drogue, on boit et on prends des photos interdites avec notre téléphone. Puis on le perd avec notre sang froid notre copain le retrouve et nous crit qu' on est une garce doublée d' une dégenerée mentale. On subit, on lacère on sent tout s' écrouler – notre contrôle s' échappe- nos sourires disparaissent. On nous onserve, nous exploite découvre qu' on est semi normale. Mais toi? Que dirais- tu?
    On envoit piqûres et médoc' pour devenir toutsimplement plus fou on commence l' overdose est on fini mort l' arrêt se dépose et l' on explose.

    C' est cet " Out of Control " qui nous subit qui nous rends dingue. Le sang nous torture puis on en devient accro comme de la drogue qui s' échappe du sang de nos veines. L' arme blanche s' éclipse sur nos organes, ça devient un jeu. On s' auto- détruit nous sommes lucides, l' envie nous détruit on égorge et lacère leurs cou et organes. On est diabolique, on ne sent plus rien puis on rit sadique. Le vent tourne et notre propre sang s' échappe. Toi qui lis cette stupide histoire y croiras tu? Pauvre imbécile creve dans ta m*rde j' en ai rien à battre.

    Cordialement,

    Nyle le cauchemard.


    Pathologie (sauf personnel): Schizophrénie, elle devient dingue et fais des crises puis redevient plus au moins "normale"

    Autre? L' histoire Lynn l' a racontée pas besoin de mon point de vue.
    ------------------------------------------

    Comment avez vous connu le forum? Lynn et Megu'

    Aimez vous le RPG? Non. u_u J' aime pas s' moche, s' naze et c' est nul! Bécassin va! u_u

    Comptez-vous y rester? Nan j' m' en vais demain U_U
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lynn et Nyle, les phantômes de tes cauchemars.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anna Lynn
» Kelsey.L.Hudson (en cours)
» Ryder Crawford
» 01. let's get the party started - Shane & Lynn app'.
» mikael&lynn ❝ don't need to panic, no need... ❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Depressive Walk :: Before the walk... :: Présentation-
Sauter vers: